Vascomill, le lubrifiant qui autorise des stratégies audacieuses sur des matériaux difficiles

Blaser trophée 2016 de la performance pour Neosteo

Vascomill, le lubrifiant qui autorise des stratégies audacieuses sur des matériaux difficiles

Que faut-il à un mécanicien pour se distinguer dans un secteur aussi prisé que la bio mécanique du corps ? Neosteo, une entreprise nantaise a fait le choix de mettre son savoir-faire pour développer une gamme de produits, qui par leur conception mécanique, apporte une contribution innovante au service de la chirurgie orthopédique. Au crédit d’une croissance rapide de cette jeune société, fondée en 2009, la volonté d’aborder son marché en réfléchissant à améliorer la facilité d’intervention du praticien et le confort du patient, c’est le cas des gammes d’instrumentations et implants FLEXIT (chirurgie du genou) et DYNAFIT (chirurgie du pied). Le design des produits est étroitement associé à son avantage fonctionnel, sans oublier l’optimisation de son usinabilité : des produits idéalement conçus pour être bien produits !

Usinage pièce médicale titane

La création de Neosteo est héritière du passé professionnel de son dirigeant, Guillaume Derouet, et du responsable de production Sylvain Sorin, pour la fabrication d’implants d’ostéosynthèse, tous deux déjà utilisateurs de lubrifiants Vascomill Blaser Swisslube. Fraisage, décolletage de matériaux en base inox ou en TAV 6 n’ont plus beaucoup de secrets à dévoiler vu la diversité d’applications qui ont jalonné le parcours de ses techniciens à la fois curieux et imaginatifs. Mettre à profit leur découvertes et leurs expérience est une motivation de tous les instants, une façon d’avoir du recul et de ne pas partir tête baissée pour produire plus avec moins.

L’art et la matière

Ici, le savoir “atelier” est la clé de l’optimisation des produits du catalogue Neosteo, avec pour conséquences son impact sur la hauteur du prix de revient et la maitrise de la qualité à moindre coût. C’est pourquoi la conception d’un produit est conduite en interaction avec le service méthodes. Les process et stratégies d’usinage ne sont pas toutes équivalentes avec pour preuve l’abandon du tourbillonnage couramment utilisé pour le filetage des vis d’implants. « Ce n’est pas évident, de prime à bord, de choisir une autre technologie et il faut du temps pour développer les outillages qui permettent d’obtenir une productivité équivalente. De cette contrainte, nous avons tiré un plus produit pour l’utilisateur et la disparition des brouillards d’huile qui nuisent à la santé du personnel d’atelier. Avec notre solution, l’arrosage à haute pression n’a plus lieu d’être » assure le chef de production.

Décolletage pièce médicale titane

Vascomill – Une production soignée dans un environnement respectueux

En éliminant les causes d’arrêt machine, pour un fonctionnement continu des installations 24h/24, c’est toute une philosophie des usinages titane et inox qui est mise à plat. La santé opérateur en absence de brouillard, la longévité des outils et des machines procèdent d’une même finalité : utiliser au mieux les 8 760 heures disponibles pour produire en qualité, sans reprise, 80% de la production annuelle de l’entreprise.

Pour appuyer ce choix, Guillaume Derouet fait état d’une bonne expérimentation des huiles de coupe entières base végétale, pour les avoir comparées, et tout particulièrement de la Vascomill 10 qu’il utilise depuis 2005. « C’est une huile fluide, idéale pour le décolletage, que j’ai adoptée avec succès en arrosage H.P. sur des centres d’usinage UGV. Elle influence de façon très importante la qualité de la coupe, ce qui se retrouve au niveau de l’état de surface et de la longévité des outils. Les temps morts machine sont réduits au maximum. Pour rester dans la logique d’une production continue avec un minimum d’arrêts de maintenance, le choix des gammes d’usinage est établi en évitant, ou limitant si possible, certaines opérations sur le titane qui libèrent des micro particules et colmatent les systèmes de filtration. »

L’entreprise se donne les moyens d’organiser en amont sa production de façon à réunir toutes les conditions favorables à une production lissée, dans un environnement préservé. Cela commence par la standardisation des usinages pour différentes pièces et la recherche de la durabilité-fiabilité des process sans arrêt technologique ou de maintenance des machines, même les changements de série sont réfléchis pour des temps de reconversion optimisés. Toute la création de valeur se joue avant la production du premier copeau

Loïc Roux, le conseiller Blaser Swisslube qui suit régulièrement son client n’est pas surpris de ce fonctionnement atypique de Neosteo pour la recherche de la qualité au meilleur coût : « Une fois que l’on a bien compris le contexte de fabrication de son client, la solution Vascomill 10 ne pouvait que répondre à cette attente. Conçue à base d’ester végétal, c’est une huile hautement raffinée. Le film d’huile très résistant et sa polarité assurent une bonne protection de l’arête de coupe. Elle est peu volatile et son degré de fluidité évite une déperdition du produit ce qui explique un niveau de consommation très bas chez Neosteo ».

Une grille d’appréciation des performances

Le conseiller Blaser Swisslube et ses clients

Les dirigeants de la société ont fait le choix de privilégier la qualité des machines et celle du lubrifiant afin de pouvoir se concentrer sur les variables, spécifiques à chaque pièce, que sont les stratégies d’usinage et les outils correspondants. Évaluée en amont pour son influence positive sur la coupe et la préservation des outils, l’option qualité du lubrifiant est une évidence pour tous les acteurs concernés chez Neosteo. Le rapport coût sur bénéfice leur donne raison au vu des performances enregistrées avec Vascomill 10 par leur mode de production :

  • la réalisation continue d’une série de pièces représentant 150 heures d’usinage cumulé sans arrêt machine, ni correction d’outil ni intervention opérateur,
  • des outils dédiés aux usinages courants dont la longévité peut atteindre jusqu’à 5 mois,
  • un taux de rebus dans l’atelier proche de 0,5%
  • un taux moyen annuel de 20 heures productives par jour par machine.

Avec un tel bilan, Sylvain Sorin entend poursuivre dans sa démarche “ d’éco-conception” et d’anticipation pour affiner une organisation de production orientée vers la performance globale en qualité d’usinage, productivité et rentabilité. « Neosteo ne peut que continuer dans la voie commerciale et industrielle qui a été engagée depuis le début : croiser le développement de nouveaux produits d’ostéosynthèse à l’intelligence d’un savoir-faire en usinage constamment enrichi par une veille technologique, » conclut le dirigeant.

Indéniablement, l’équilibre trouvé dans ce processus de fabrication met en exergue l’intérêt d’un environnement de qualité avec un lubrifiant adapté, Vascomill. La valeur annuelle crée dans cette atelier est une invitation à voir autrement l’étude de coût d’une pièce.

pdfTélécharger l’article de presse (2 Mo)

Autres articles conseillés

En savoir plus >