Pas de culture « usinage » sans un bon lubrifiant

Pas de culture « usinage » sans un bon lubrifiant

Groupe LORENTZ

Dans l’atelier Lorentz d’Esbly (77), on ne ménage pas ses efforts pour démontrer le savoir-faire technique attaché aux belles réalisations. Une forme d’ADN transmise de père en fils qui s’est propagée dans tout l’atelier et au sein de tous les services…

T53H_Groupe-LORENTZ_trophee

Créée en 1974, l’entreprise a connu un fort développement à partir des années 90 avec le boom des machines spéciales dédiées à l’agroalimentaire. De nouveaux relais de croissance ont confirmé une vocation dédiée à la fabrication de pièces complexes et souvent stratégiques pour des industries de pointe : spatiale, médicale, énergie et principalement aéronautique.

T53C_Groupe-LORENTZ_trophee

Des hommes, des moyens et une organisation

L’expérience du Groupe Lorentz pour satisfaire ces secteurs d’activité clients très rigoureux s’appuie sur la mise en place d’environnements de production axés sur le développement durable avec une attention particulière accordée aux lubrifiants Blaser Swisslube.

Le site principal d’Ebly a bénéficié d’une politique offensive d’investissements et comprend une unité de production pilotée par un ERP, forte de 43 machines CNC de dernière génération : plus de 20 centres d’usinage 5 axes palettisés, 7 centres de tournages-fraisage 6 et 8 axes robotisés… associés à un équipement conséquent en FAO et métrologie.

Certifié ISO 9001, EN 9100, QUALIFAS et agréé par les grands donneurs d’ordres, le groupe Lorentz s’est engagé dans une stratégie d’amélioration continue. Cela commence d’abord par un fonctionnement en mode préventif. L’impact du lubrifiant est dans ce domaine déterminant sur la fiabilité des prévisions, des machines, des outils et des process.

T53D_Groupe-LORENTZ_trophee

Pas de solution sans prise en compte du problème

Le lubrifiant réfrigérant n’était pas une priorité jusqu’en 2002 et l’entreprise employait des liquides de coupe de qualité moyenne. « Bien avant cette date, l’argumentation du conseiller de Blaser Swisslube était difficile à entendre » avoue Frédéric Lorentz le dirigeant du groupe Lorentz, « Dans le quotidien, il n’est pas toujours aisé de se rendre compte d’un réel besoin de cohérence entre des choix de machines et d’outils haut de gamme et l’impact d’un lubrifiant de coupe adapté. Notre opinion a évolué car nous avions tout à gagner en cherchant à maitriser un outil « liquide » intervenant dans les process d’usinage. »

Précédemment confronté à des produits agressifs pour les hommes comme pour les machines, le personnel se sentait un peu démuni pour gérer cet environnement liquide nécessaire à la fabrication des pièces. Dès le départ, l’approche du commercial Blaser a été ressentie comme très professionnelle car elle a pris en compte les aspects techniques des problèmes rencontrés : types d’arrosage, vitesses de broche, process et matières usinées… mais aussi qualité de l’eau utilisée, présence d’odeur, de rouille et traces de calcaire sur les machines.

L’approche constructive et le sérieux du suivi apporté par Blaser ne pouvaient que trouver une oreille attentive auprès d’une équipe attachée à une production de qualité. C’est ainsi que des essais comparatifs ont été conduits.

T53E_Groupe-LORENTZ_trophee

 Un lubrifiant polyvalent doté d’une qualité de coupe remarquable

Les essais sur centres d’usinages palettisés 5 axes ont concerné un mixte de pièces permettant d’apprécier les qualités et performances d’usinage sur les aciers réfractaires, les alliages d’aluminium et les titanes. Parmi les différents produits testés, le B-cool 755 de Blaser Swisslube a présenté les meilleurs résultats concernant la qualité de la coupe et la moindre usure des outils. Il se montre un excellent compromis aussi bien pour les usinages difficiles sur des matières dures comme le titane que sur des aluminiums.

Le B-cool 755 offre une texture non grasse qui favorise la dispersion de chaleur tout autant que l’évacuation du copeau.  Cela a permis d’améliorer le rendu des pièces sur deux points sensibles :

  • l’amélioration de l’état de surface (Ra 0,4) pour éviter des coûts de polissage, écourter les processus et les délais,
  • l’élimination de marbrures apparaissant après traitement sur les pièces de fonderie.

D’autre part ce lubrifiant soluble conçu pour satisfaire les applications aéronautiques (son référencement est homologué chez la plus part des entreprises mondiales du secteur) se montre à son aise pour l’arrosage haute pression. Il est tout particulièrement apprécié chez Lorentz pour l’usinage du titane et le tournage-fraisage à 40 000 tr/mn des aubes de turbines.

Le suivi–maintenance du lubrifiant réfrigérant dans le bac machine est peu exigeant. Les appoints de remplissage se font en général avec une solution contenant 1% de concentré B-cool 755, un système de déminéralisation autorise l’utilisation d’eau domestique, même si cette dernière présente des écarts de dureté assez significatifs. En analysant la consommation annuelle de B-cool 755, on ne peut que se féliciter de l’intérêt économique de ce produit.

T53F_Groupe-LORENTZ_trophee

Une source d’amélioration continue

La présence régulière dans l’atelier du conseiller Blaser a pour objectif de maintenir des situations de performances optimisées pour toutes ces machines High-tech qui travaillent nuits et jours.

L’amélioration des process, la réduction des coûts pièces et une organisation de production fiable ne sont pas les seuls bénéfices à porter au crédit du lubrifiant : le parc machines représente un capital important à rentabiliser, donc à préserver le plus longtemps possible. Par le passé, l’entreprise avait enregistré des frais de maintenance lourds autant de coûts précédemment liés à un mauvais choix de lubrifiant qui pénalisaient les marges et la rentabilité opérationnelle.

Jean-François Tussy, le responsable Blaser, est unanimement apprécié pour sa force de proposition. Partisan de l’amélioration continue, il est l’initiateur de gains importants dans la fabrication de pièces dédiées au secteur médical en préconisant l’emploi de Vascomill CSF, une huile de coupe hautement raffinée à base d’ester végétal. Six centres d’usinage, dont le centre 8 axes Villemin, ont pu optimiser leur mode d’usinage en adoptant cette huile entière sans chlore ni soufre et largement plébiscitée dans le secteur médical. Les améliorations constatées sont multiples : des efforts de coupes réduits entrainant une consommation d’outils en nette diminution et une meilleure longévité des machines. Qualité de la coupe et précision étant intimement liées, le taux de rebuts est également en baisse.

T53B_Groupe-LORENTZ_trophee

Avec un lubrifiant adapté tous les environnements sont préservés

L’utilisation des produits Blaser Swisslube depuis 2002 est devenue un gage de sérénité. Très appréciés par le personnel, leur impact est respectueux de tous les environnements qu’ils soient liés au process (homme, machines, matière, outils), ou liés  à des environnements plus larges : de la propreté atelier à celle des équipements annexes (systèmes de mesure, robots…) en passant par l’environnement naturel à préserver.

Le groupe Lorentz est plus que jamais sur son cœur de métier pour satisfaire les besoins les plus exigeants que requière sa clientèle. Fort d’une culture « usinage » chevillée au cœur, Frédéric Lorentz reste ferme sur son credo « Plus la production est complexe, plus il faut être rationnel et zen. Aussi, le facteur lubrification est intégré dans notre stratégie de production comme un paramètre de premier plan pour la productivité, la fiabilité, la rentabilité et la qualité de nos usinages. Cette capacité à toujours s’améliorer nous ouvre de belles opportunités pour élargir notre champ d’activité et recueillir la confiance de très grandes entreprises. »

En savoir plus >