Vacances : Dispositions préventives à adopter avec un lubrifiant soluble avant la mise en arrêt des machines

Vacances : Dispositions préventives à adopter avec un lubrifiant soluble avant la mise en arrêt des machines

L’arrêt d’une machine pour un temps plus ou moins long ou de fortes chaleurs, est souvent une période critique pour la stabilité de l’émulsion contenue dans son bac. La traditionnelle vidange annuelle du bac et nettoyage complet de la machine reste encore une excellente solution.

La lubrification est un facteur déterminant pour la productivité des entreprises. Mais les périodes de pause estivales peuvent occasionner instabilité, séparation des produits, odeurs désagréables, dépôts et bouchons pour les filtres, voire corrosion des parties métalliques en contact… Il est effectivement possible de trouver des solutions alternatives, afin d’éviter que les lubrifiants solubles soient voués à la destruction pour éviter ces désagréments. Blaser Swisslube rappelle ci-dessous quelques dispositions simples à prendre pour résoudre ces désagréments et limiter ainsi des coûts de vidange et de destruction. Ces mesures sont d’autant plus efficaces lorsqu’elles sont associées avec un outil liquide performant pour l’amélioration de la rentabilité et la qualité des usinages comme les Blasocut et B-cool.

Au redémarrage de votre production, vous retirez les bénéfices de cette action préventive pour mieux vous consacrer à remplir vos objectifs sans entraves ni imprévus.

Le remplissage au maximum du bac apporte une meilleure résistance au lubrifiant. Le remplissage au maximum du bac apporte une meilleure résistance au lubrifiant.

Les étapes préconisées par Blaser Swisslube

  • Contrôle du bac : Veiller à toujours remplir au niveau maximum le bac machine afin de permettre au lubrifiant soluble de mieux résister aux différents types d’agression.
  • Adaptation du taux de concentration de l’émulsion : Vérifier le taux de concentration de votre bac. Pour améliorer la stabilité de l’émulsion lors d’un arrêt prolongé, ne pas hésiter à élever le taux de concentration de 2 ou 3% par rapport à la préconisation d’usage proposée par le fabricant. Exemple pour 7% préconisés, avant l’arrêt réajuster à 9%.
  • Contrôle du pH : Celui-ci doit se trouver dans la fourchette indiquée sur la fiche technique du produit. Situé en dessous des valeurs indiquées, il est possible que le seul fait de remonter la concentration (étape 2) peut suffire. Dans le cas contraire l’utilisation de certains additifs de correction est à envisager.
  • Contrôle des pollutions de surface : Veiller à bien aspirer ou déshuiler la surface du bain prochainement à l’arrêt. La création d’un « bouchon » à la surface empêche votre émulsion de respirer, et favorise la création de bactéries anaérobiques, à l’origine de mauvaises odeurs au redémarrage. Huiles, copeaux, résidus sont donc des pollutions à éliminer avant les vacances, au retour le mal serait déjà bien installé.
Un petit mélangeur portatif permet d’assurer l’homogénéité du mélange soluble avant le remplissage du bac.

Un petit mélangeur portatif permet d’assurer l’homogénéité du mélange soluble avant le remplissage du bac.

Les conseils pour bien redémarrer

  • Pendant la période d’arrêt : Dans la mesure ou une personne peut se rendre présente dans l’atelier, faire régulièrement tourner les pompes afin de mettre en mouvement le soluble pendant environ 1 heure.
  • Lors de la remise en route : Effectuer les contrôles d’usage de la concentration et du Ph, puis faire tourner les pompes 30 minutes à 1 heure afin de réoxygéner le bain avant de redémarrer en production.

Votre lubrifiant a de la valeur, par son prix et ses coûts de destruction mais plus encore par le service qu’il apporte : confort opérateur, qualité et sécurité des usinages, sans oublier bien sûr productivité et rentabilité. Les conseillers de Blaser Swisslube n’hésitent pas à parler d’outil liquide qui impacte 95% des paramètres du coût d’une pièce. Chacun sait que les bons outils font les bons ouvriers, alors comment pourrait-on négliger un tel outil ?

pdfTélécharger l’article de presse (188 Ko)

En savoir plus >