Au Simodec, la productivité est aussi liquide

Au Simodec, la productivité est aussi liquide

La lubrification haute pression, les lubrifiants eux-mêmes, constituent de véritables outils capables de doper la compétitivité des entreprises. Trop longtemps considérée comme un mal nécessaire, la lubrification devient aujourd’hui un élément déterminant du décolletage. Lubrifiants, pompes haute pression, lavage des pièces, traitement des copeaux créent une véritable chaîne de valeur. Les exposants de ce secteur apportent des arguments de plus en plus technologiques dans ce sens.

On l’attendait depuis longtemps, et aujourd’hui cela arrive : Les lubrifiants et leur paramètres techniques sont pris en compte de manière croissante dans la coupe des métaux. Les formulateurs eux-mêmes ont commencé, en créant des partenariats avec les utilisateurs, voire en installant de véritables laboratoires dédiés à la recherche sur l’impact de la lubrification sur la performance d’usinage. La tenue des bains, les conséquences écologiques et sur la santé des hommes entrent également en ligne de compte. La partie service et l’analyse économique dépassent donc la seule préoccupation du coût à la tonne qui, pour le coup, ne veut plus dire grand-chose. Avec ces informations en tête, les décolleteurs peuvent alors découvrir un véritable levier complémentaire de compétitivité lors du Simodec 2014, soixantième édition du salon international du décolletage.

T24A_SEEP

L’approche collaborative de Blaser Swisslube

Lors du Simodec, Blaser Swisslube offre la possibilité de tirer le maximum des machines et des outils, en étroite collaboration avec les utilisateurs. La démarche est appréciée de nombreux décolleteurs qui ont déjà expérimenté cette approche collaborative, tant sur les usinages courants que sur les travaux délicats tels les forages profonds. Le formulateur cite l’augmentation spectaculaire de la vitesse de coupe recommandée par un fabricant d’outils de 30 m/min à 75 m/min, en utilisant un lubrifiant réfrigérant sélectionné finement lors de tests pour usiner un matériau difficile (Inconel 718). En pratique industrielle, cette étude a permis de réduire durablement le temps d’usinage de plus de 50%. En décolletage, la productivité s’oriente principalement sur une lubrification en huile entière ou soluble à haute performance. Les huiles minérales de dernières générations offrent pour leur part un large choix de solutions : différentes viscosités, avec ou sans soufre, de même pour d’autres additifs. A base d’huile minérale, la gamme des Blasomill de Blaser Swisslube s’impose dans ce registre. Cette huile entière hautement raffinée bouscule les performances outils/matière tout en gardant une grande polyvalence dans une utilisation généralisée à tout l’atelier. Plus spécifiquement, la gamme Blasomill DM est utilisée avec arrosage haute-pression pour le perçage profond et le forage de faibles diamètres, grâce à des additifs spécifiques, repoussant encore les limites de résistance du film d’huile sur l’arête de coupe. Les huiles de coupe à base d’ester d’origine végétale et de synthèse, gamme Vascomill, conviennent aussi bien à la lubrification intérieure qu’extérieure. Elles réduisent les adhérences (gains outils et qualité de surface) et favorisent aussi un bon «essorage» après l’usinage. Les pièces ne présentent presqu’aucun résidu. Elles répondent à des cahiers des charges spécifiques notamment pour le secteur médical.

pdfTélécharger l’article de presse (197 Ko)

En savoir plus >