7es Trophées de la lubrification les 5 lauréats 2017

7es Trophées de la lubrification les 5 lauréats 2017

Au cœur du Salon Industrie Lyon, le 6 avril dernier, la cérémonie de remise des trophées 2017 a été  un temps d’information et d’échanges avec l’outil liquide avec pour mission de valoriser les meilleures pratiques de lubrification en usinage et les résultats obtenus. Les lauréats des Trophées 2017 sont Trophée Gestion centralisée – Recyclage  — ARMOR MECA Usinage de précision de pièces complexes et tout […]

Au cœur du Salon Industrie Lyon, le 6 avril dernier, la cérémonie de remise des trophées 2017 a été  un temps d’information et d’échanges avec l’outil liquide avec pour mission de valoriser les meilleures pratiques de lubrification en usinage et les résultats obtenus.

Les lauréats des Trophées 2017 sont

Trophée Gestion centralisée – Recyclage  — ARMOR MECA
Usinage de précision de pièces complexes et tout type de matériaux
Trophée Coût global PME — SHMP Industrie
Usinage de précision et fourniture d’ensembles mécaniques
Trophée Santé & Productivité — BWIndustrie
Sous-traitance usinage petite et grande série, dégraissage pièces
Trophée Performance matières — NICOMATIC
Fabricant et développeur de solutions d’interconnexion
Trophée Performance process — SAFRAN LANDING SYSTEMS
Division Roues et Freins
En savoir plus >

Le mécanisme des meilleures réussites avec l’Outil liquide®

Le mécanisme des meilleures réussites avec l’Outil liquide®

Blaser Swisslube a forgé son succès grâce à ses recherches pour aider ses clients. Ceux-ci restent les principaux acteurs de leur propre réussite. A partir d’une situation de départ, leur démarche les conduit vers des gains dépassant de beaucoup leurs espérances initiales. De ces témoignages illustrés de résultats chiffrés, le lecteur pourra facilement se projeter dans son propre univers de […]

Blaser Swisslube a forgé son succès grâce à ses recherches pour aider ses clients. Ceux-ci restent les principaux acteurs de leur propre réussite. A partir d’une situation de départ, leur démarche les conduit vers des gains dépassant de beaucoup leurs espérances initiales. De ces témoignages illustrés de résultats chiffrés, le lecteur pourra facilement se projeter dans son propre univers de production.

De REU une solution d’arrosage HP à 300 bars avec une huile de classe Gas To Liquid

Nos entreprises ont-elles conservé la culture de la réussite ? Dans les faits, on constate que seuls ceux qui osent se fixer l’objectif de changer pour atteindre un nouveau cap d’améliorations sont capables de vraies réussites. En accompagnant de nombreux clients dans leurs objectifs de changement pour obtenir plus de productivité, de rentabilité et de qualité en usinage, Blaser Swisslube France s’appuie sur le pragmatisme de ses interlocuteurs confrontés aux réalités de leur métier. Leur réussite est une question de méthode d’optimisation des gains avec l’outil liquide.

Halgand – 170 000 €/an de gagner avec une installation de recyclage de lubrifiant et de valorisation des déchets

Comment expliquer l’importance de certaines réussites ?

Parce que le lubrifiant de coupe détermine le niveau de fiabilité et de performance de tous les paramètres qui produisent de la valeur en usinage, il constitue le pilier essentiel et fédérateur pour construire sa performance. Offrant un résultat tangible et mesurable pour l’entreprise, les meilleures réussites proviennent d’une réponse adaptée à une bonne question ! Dans la grande majorité des success-stories, les responsables de production ont orienté leurs recherches sur des gains techniques et/ou économiques. Dépassant l’objectif d’une résolution de problématique, ils sont en éveil pour ouvrir, dès la phase d’expérimentation, de nouveaux champs d’investigation et poursuivre leur démarche pour inventorier tous les gains accessibles. Les bons comptes entretiennent l’envie de réussir à nouveau.

Prendre la bonne direction

Autour d’un objectif de gains en production, il est nécessaire de poser un diagnostic qui comporte à la fois un état des lieux et un choix de solutions. L’association de l’expérience de l’utilisateur et du savoir-faire de Blaser Swisslube va orienter les recherches pour la définition d’une solution personnelle. Dans sa démarche d’évaluation, l’expertise du conseiller Blaser se nourrit d’une expérience personnelle, d’une connaissance approfondie des produits et des recherches en cours, d’une base de données mondiale des applications clients et de l’outil logiciel Analyser qui produira une synthèse finale. L’évaluation des gains minimums fait partie intégrante du projet d’amélioration par le changement.

Quels objectifs, quelles tendances, quels résultats ?

Que l’on se positionne sur des matières courantes pour des usinages quasi unitaires ou sur des productions très difficiles et réglementées, ou en très grandes séries, la rentabilité opérationnelle de l’atelier et la satisfaction des clients sont les objectifs de résultat qui concernent au tant la PME que la grande entreprise. Chacun peut y arriver, en ciblant le domaine d’amélioration qui lui permet de franchir un nouveau cap.

  • Nicomatic a relevé le défi de la qualité sur une production en continue exigeant des usinages particulièrement difficiles. Avec sa solution de lubrification, son atelier accède à un nouveau standard de qualité plus en phase avec un process de travail 24 h/24 sans surveillance continue. De fait, la productivité augmente. La diminution de ses rebuts représente annuellement 150 h machine. La performance d’une même huile entière sur les non-ferreux et matériaux réfractaires permet des gains de productivité pour de nombreuses références de pièces, sur tout le parc machines.
  • De Reu Décolletage a trouvé une solution d’arrosage HP à 300 bars sans nuisance de brouillard pour les opérateurs. A périmètre constant, son volume de production a augmenté de 10 % avec une consommation de lubrifiant réduite au 2/3.
  • Armor Méca a développé un système de gestion centralisée du lubrifiant de coupe incluant une station de recyclage. Son atelier a gagné en productivité grâce à une fiabilité des process 24 h/24. 100 % du lubrifiant collecté est recyclé et contribue à 30% de sa consommation annuelle. Les coûts de lubrifiant de coupe sont 50% inférieurs à un atelier classique. Une économie que confirment Savoie Rectification et la société Halgand. Cette dernière revendique l’autofinancement sur un an d’une installation lourde de valorisation des déchets incluant la création d’un emploi réservé au handicap.
  • A la suite de cas récurrents de dermatose et d’allergie sévère, BWIndustrie a recherché un lubrifiant sans agressivité pour l’homme qui soit polyvalent sur les métaux, les non ferreux (cuivre et alu), les inox et la fonte. L’outil liquide de Blaser a résolu ce problème. Parfaitement stabilisé, le lubrifiant de coupe dispose d’une longévité 3 fois supérieure. Son influence sur les vitesses de coupe et d’avance représente un gain équivalent à la production d’une machine supplémentaire, sans investir et sans coût opérateur ajouté.
  • La disponibilité des machines et l’augmentation des temps « productifs » répondent aux objectifs de qualité et réactivité chers à SHMP Industrie pour la construction d’ensembles mécaniques. Avec un lubrifiant adapté et correctement entretenu, la fiabilité des équipements est préservée, les opérateurs sont en confiance pour augmenter les paramètres d’usinage et laisser tourner leurs machines sans surveillance. L’agilité sur les délais, la qualité et la rentabilité des équipements sont renforcées. Les qualités d’un lubrifiant non agressif, stable durablement, impactent la préservation des machines avec des répercutions sur le court et le long terme, en témoignent les dirigeants d’Ingersoll Rand qui ont mesuré un gain de 35 % de la productivité opérationnelle de leur atelier et une baisse de 80 000 €/an des coûts de maintenance.
  • Engagé dans un contexte concurrentiel intense avec un nouveau concept de production de roues d’avion, Safran Landing Systems s’attache à optimiser et fiabiliser tous les paramètres de coupe au maximum de la puissance de chaque cellule d’usinage. Sa nouvelle ligne de production affiche un très haut niveau de productivité et de fiabilité durable. Grâce à l’outil liquide de Blaser Swisslube, les résultats opérationnels se sont élevés à un niveau rarement atteint que traduit un TRG de 85 %. Le leader mondial accroit son avance en innovant de façon sécurisée.

Un nouveau concept de production porteur de résultats opérationnels très élevés pour la division roues et Frein de Safran Landing Systems (© Adrien Daste / Safran).

Partenaire des meilleures réussites

Lors de la mise en place d’un outil liquide adapté à son contexte d’usinage, l’engagement sur le terrain et dans les laboratoires de Blaser Swisslube met en éveil les responsables et personnels sur un sujet dont ils découvrent les potentialités. Leur implication collective va favoriser la recherche d’optimisation des résultats et l’obtention de gains supplémentaires par rapport aux objectifs qu’ils se sont initialement fixés. Le lubrifiant de coupe est devenu le paramètre stratégique sur lequel leur atelier s’appuie prioritairement pour bâtir sa performance. Au final, de très nombreux postes du compte d’exploitation sont impactés avec à la clé une augmentation des profits de l’entreprise.

Lauréat des trophées Blaser 2017 chaque opérateur de SHMP Industrie suit attentivement la qualité de l’outil liquide

pdfTélécharger l’article de presse (434 Ko)

En savoir plus >

La maîtrise d’une gestion centralisée du lubrifiant de coupe et son recyclage

Performance trophée lubrification de coupe

La maîtrise d’une gestion centralisée du lubrifiant de coupe et son recyclage

Arrivée depuis 2014 dans une zone industrielle à la périphérie de Dinan (22) et de Dinard (35), ARMOR MECA compte 140 salariés. La société dispose de deux sites de 5 000 m2 couverts comprenant un atelier titane et un atelier pour l’usinage aluminium. Cette implantation nouvelle, conçue avec une vision d’organisation industrielle optimisée, développe une stratégie de gestion centralisée des […]

Arrivée depuis 2014 dans une zone industrielle à la périphérie de Dinan (22) et de Dinard (35), ARMOR MECA compte 140 salariés. La société dispose de deux sites de 5 000 m2 couverts comprenant un atelier titane et un atelier pour l’usinage aluminium. Cette implantation nouvelle, conçue avec une vision d’organisation industrielle optimisée, développe une stratégie de gestion centralisée des lubrifiants de coupe pour chacun de ses deux ateliers. La solution Blaser Swisslube, adossée à une installation de compactage des copeaux, est un modèle de réussite dont pourrait s’inspirer les ateliers du futur.

C’est à la suite d’une consultation effectuée auprès de fournisseurs de lubrifiants de coupe qu’a débuté la collaboration de Blaser et Armor Méca, en 2007. A ce moment là, le sous-traitant en usinage de précision recherchait un produit sans formaldéhyde dans la perspective d’anticiper la réglementation européenne et de satisfaire les standards des secteurs règlementés tels que l’aéronautique ou l’agroalimentaire. centrale de  recyclage du lubrifiantAprès 6 mois d’essais comparatifs sur des centres d’usinage à grande vitesse, le produit Blasocut BC 25 MD à base d’huile minérale proposé par Loïc Roux de Blaser Swisslube était sélectionné face à la concurrence. Témoin, Philippe Rondel, à ce moment là responsable en charge des achats, se souvient des critères qui ont été déterminants dans cette compétition. « Le lubrifiant de Blaser offrait les meilleures qualité d’usinage et d’état de surface. Il est aussi plus respectueux de son environnement : pas d’oxydation sur les tables des machines le lundi matin à l’heure de la reprise, pas de tache qui apparaissent sur les pièces aluminium après quelques jours de stockage. Sur le plan financier, le bilan était aussi positif tant au niveau des coûts outils avec une baisse de 5 % que sur la consommation du lubrifiant dont les rajouts se situent entre 2 et 3 % contre 4 à 5 % précédemment. Ce choix a reçu le plein accord des opérateurs. Ceux-ci avaient une préférence marquée pour le lubrifiant Blaser. Sa composition utilisant le bio-concept sans bactéricide avait prouvé qu’il était possible de travailler de façon durable sans odeur désagréable et sans allergie cutanée.Tableau de commande pour la gestion centralisée du lubrifiant

Comprendre pour maîtriser, l’influence bénéfique du lubrifiant

Le suivi régulier effectué par Loïc Roux auprès des installations et des utilisateurs a facilité l’intégration du produit et permis de répondre aux attentes personnelles de chacun. « J’effectue des relevés de contrôle qui m’alertent sur les aléas qui pourraient altérer l’émulsion. Ce diagnostic, la plupart du temps, a un caractère préventif ce qui rassure les utilisateurs concernés. C’est pour moi l’occasion de faire un peu de formation et de transmettre mon savoir-faire. En voyant que j’attache beaucoup d’importance à la fiabilité du lubrifiant bien utilisé et entretenu, ils adoptent le même comportement et maîtrisent aisément le suivi du produit en mon absence. »

L’influence bénéfique du lubrifiant sur chacun des acteurs du processus d’usinage offre un gain mesurable qui n’a pas échappé à Philippe Rondel et à Mickaël Dugué responsable des outils coupants. Cet intérêt pour comprendre, maîtriser et même optimiser la gestion du lubrifiant les a conduits à sensibiliser de nombreuses personnes de l’entreprise. Au fil des années, des représentants des services achats, atelier et maintenance, ont participé au séminaire de formation dispensé en Suisse dans les locaux de la maison mère de Blaser Swisslube.

La gestion centralisée du lubrifiant pourquoi faire ?

La gestion centralisée du lubrifiant de coupe est une composante stratégique de l’organisation de production. Pour choisir cette solution, Armor Méca a suivi tout un processus de réflexion et d’études. Avec une culture du lubrifiant Blaser Swisslube déjà bien présente chez les différents responsables de services, la confiance sur le succès de l’opération fut plus rapidement acquise. Après avoir visité plusieurs installations et rencontré leur responsable par l’intermédiaire de Loïc Roux, l’équipe projet a validé le bénéfice organisationnel et financier de l’opération, chiffrage à l’appui. Le gain financier concernant la consommation annuelle de lubrifiant est de l’ordre de 50 %. Le bénéfice organisationnel a un impact sur la productivité globale de l’atelier. Il consiste principalement à améliorer le travail en continu des machines. Le circuit d’alimentation évite les opérations de manutention et déplacements à l’opérateur pour refaire les niveaux. Les sous-traitants du secteur aéronautique sont parmi les plus équipés.

Gestion centralisée du lubrifiant : un grand pas de franchi

La première installation en gestion centralisée du lubrifiant Blasocut BC 25 MD est opérationnelle depuis 2012. Reconduite sur le nouveau site pour servir 20 à 25 centres d’usinage et tournage de l’atelier dédié aux usinages sur aluminium, son fonctionnement a été optimisé par rapport à son nouvel environnement. Chaque opérateur veille au maintien de la stabilité de l’émulsion de sa machine par des ajouts à partir du réseau alimenté par la cuve de 4 000 litres. Le taux moyen de concentration dans les machines se situe entre 5 et 8 % en fonction des process d’usinage. L’émulsion distribuée par la centrale ne dépasse pas 3 %. Elle provient du retraitement du lubrifiant usagé, fortement concentré, et elle est coupée avec une émulsion « fraîche » offrant un appoint d’équilibrage. L’installation dispose d’un réseau de sécurité monté en dérivation de la cuve qui fonctionne uniquement avec du lubrifiant neuf.

Le conseiller Blaser qui n’en n’est pas à sa première installation met en garde les prétendants sur les difficultés potentielles d’un tel système. « Le choix du lubrifiant et le suivi de maintenance sont des paramètres essentiels pour maîtriser toute dérive d’une installation sensible aux pollutions que peuvent générer les machines, huiles de glissières et résidus d’usinage. Mais la récompense est à la hauteur des efforts consentis ». Le choix du Blasocut BC 25 MD répond à ses critères par sa qualité et sa durabilité. La grande longévité et stabilité repose selon le principe du bio concept, une technologie éprouvée depuis 40 ans et sans cesse améliorée par les laboratoires de Blaser Swisslube. Les facultés de relargage des huiles étrangères et des différentes pollutions d’usinage sont bien connues chez Armor Méca avec l’expérience de nombreuses années d’utilisation.

L’accompagnement de Blaser pour sécuriser le fonctionnement de l’installation de gestion centralisée du lubrifiant comprend une assistance opérationnelle, du conseil et le suivi en production. Régulièrement, Loïc Roux effectue des prélèvements pour une analyse ADN dans les laboratoires de Blaser en Suisse. Ce diagnostic permet d’anticiper tout risque de dérive microbiologique. Un suivi normal du taux de concentration et de la valeur de pH est maintenu en interne par Joseph Brault et Gaëtan Sendrier du service maintenance. Dans le cadre de procédures bien définies, ils supervisent le fonctionnement de la centrale et de la station de compactage. Après cinq ans d’utilisation les objectifs sont atteints et la gestion bien maîtrisée.

Recycler au lieu d’éliminer

La mise en place d’une installation de compactage et de valorisation des copeaux a justifié l’adjonction d’une station de retraitement des lubrifiants usagés. Double filtration, déshuilage et décantation vont procéder à la régénération à 100 % du lubrifiant Blasocut collecté. Cette contribution écologique de recyclage du lubrifiant subvient pour 30% des besoins annuels de l’atelier. A cela s’ajoute la revalorisation des émulsions récupérées lors de la vidange des machines. Les importantes économies réalisées ont aussi l’avantage de réduire le coût consommable de la pièce.

L’attention apportée au lubrifiant de coupe est le reflet du niveau de préparation voulue par Armor Méca pour son nouveau site de production. Conçu dans la logique des usines du futur, il accueillera bientôt 15 nouvelles machines et de nouvelles extensions sont également prévues. Au centre du projet, le directeur industriel, Stéphane Corlay se veut rigoureux dans la méthode : « Chaque produit doit être parfaitement adapté à sa mission. Il ne fonctionne correctement que si l’on applique les procédures établies pour sécuriser son action. La fiabilité des processus d’usinage est le socle de toute la stratégie de la production ». Avec l’outil liquide, Blaser Swisslube réunit tous les critères pour garantir fiabilité, productivité, rentabilité et qualité d’usinage, sans oublier la dimension environnementale.

En savoir plus >

Quand le lubrifiant sublime la performance d’un leader mondial

Trophée lubrifiant de coupe

Quand le lubrifiant sublime la performance d’un leader mondial

Élaborée dans ses moindres détails, la cellule autonome dédiée à la production de roues d’avion s’est avérée une impressionnante machine à gagner. Sa mise au point n’a souffert d’aucune approximation. La fiabilité en usinage a été élevée et validée au plus haut niveau des performances de la machine, de la tenue des outils et de la qualité des pièces. Parce […]

Élaborée dans ses moindres détails, la cellule autonome dédiée à la production de roues d’avion s’est avérée une impressionnante machine à gagner. Sa mise au point n’a souffert d’aucune approximation. La fiabilité en usinage a été élevée et validée au plus haut niveau des performances de la machine, de la tenue des outils et de la qualité des pièces. Parce qu’il influence l’ensemble de ces paramètres, le lubrifiant Blaser Swisslube est devenu le point pivot de cette chaîne d’excellence.

Cellule de tournage fraisage roues d'avion

© Adrien Daste / Safran

Au sein du site de Safran Landing Systems à Molsheim (67), la Division Roues et Freins s’impose en haut du podium des fournisseurs de roues et de freins en carbone d’avion de plus de 100 places, avec plus de 50 % de parts du marché mondial. Le responsable de cette unité de production, Jean-Michel Déchenaud et toute son équipe restent particulièrement mobilisés par les objectifs du groupe Safran, à savoir : participer à la montée en production de tous les avionneurs de la planète et veiller à faire des gains continus de compétitivité pour fidéliser toujours plus ces clients exigeants.

Quel lubrifiant pour un concept d’usinage innovant ?

Pour répondre à ce challenge imposé par l’envolée des carnets de commandes, ils ont conçu le projet ambitieux de revoir le processus d’usinage des roues aluminium : réunir les opérations de tournage et fraisage sur une même cellule de grande capacité. L’arrivée en 2013 d’une ligne de production, composée de deux centres MCM multi-fonction (fraisage, tournage) réunis par un système de palettisation sur rails et un linéaire de stockage mutualisé des outils, a imposé la mise en place d’une procédure de qualification de ce nouveau processus de fabrication. Pour garantir la fiabilité d’éléments de haute sécurité que sont les roues, la qualification s’effectue par des essais destructifs. Chaque composante du processus doit être définie et inscrite dans un protocole immuable.

© Adrien Daste / Safran

Avec la première génération de lubrifiant, le fonctionnement des machines était fréquemment interrompu par l’enchevêtrement de copeaux dans la zone d’usinage et l’émergence de vibrations. De plus, malgré de nombreux essais utilisant différents paramétrages de coupe, Sylvain Denéchère du service Méthodes et son manager, Claude Kerhen ont conclu sur l’impossibilité d’obtenir durablement des vitesses de coupe satisfaisantes.

La résistance au stress du lubrifiant

production en continue de roues d'avion

© Adrien Daste / Safran

Début 2014, une étude poussée sur deux lubrifiants de coupe solubles a été conduite avec une traçabilité absolue des événements et de nombreuses photos à l’appui. Chaque paramètre a fait l’objet d’un suivi quotidien sur les deux machines mobilisées pour trois mois d’essais comparatifs. En s’approchant de la puissance maximale de la machine, jusqu’à 100 kW en tournage, grâce à la performance des outils PCD avec arrosage sur l’arête à 220 bars, les conditions d’usinage des roues de grand diamètre en aluminium matricé sont difficiles et génératrices de stress pour le lubrifiant. Au final, les résultats de cet essai ont démontré la parfaite adaptation du lubrifiant B-Cool 755 de Blaser pour effectuer sa mission sans traitement de soutien. A l’inverse, son challenger avait bénéficié de produits anti mousse et de stabilisateurs biocides. Malgré cela, il avait démontré une usure des outils plus rapide et la nécessité d’arrêts ponctuels de la machine.

L’optimisation des paramètres de coupe

Le rapport de synthèse fait état d’une parfaite stabilité de B-Cool 755 même en tournage à haute pression (300 bars). La propreté de la machine et une parfaite maitrise de la fragmentation du copeau garantissent la continuité de production sans intervention de maintenance ni d’arrêts machines. L’optimisation des paramètres de coupe utilisant la puissance disponible en tournage et fraisage a généré une amélioration sensible des temps de cycle par pièce (gains jusqu’à 30 % sur la vitesse de coupe et 15 % d’avance en tournage).

L’atelier du futur, plus productif avec B-Cool 755

L'usine du futur SAFRAN

© Adrien Daste / Safran

L’obtention d’un process parfaitement maitrisé et fiabilisé à son plus haut niveau de performance ainsi que la baisse parfois considérable de l’usure des outils constituent les gains majeurs de compétitivité pour la cellule autonome des roues et freins de Safran Landing Systems selon Sylvain Denéchère. “La réduction de l’usure des outils PCD ou en carbure revêtu de diamant procure un bénéfice opérationnel majeur pour notre fabrication. Nous disposons de pratiquement 6 mois d’exploitation sans changement d’outil PCD. Cette usure imperceptible entre une pièce et la suivante prouve que nous obtiendrons les mêmes qualités d’usinage et d’état de surface sur deux pièces successives sans aucune dispersion de cotes ni de géométrie. De ce fait nous pouvons produire à la demande et en un flux continu, sans temps technologique de reconversion, ni intervention opérateur, n’importe quelle référence de roue.” Le lubrifiant est l’élément « fondateur » qui crée les conditions de cette organisation de production grâce à un processus d’usinage dont les paramètres sont rendus immuables : stabilité de la machine, caractéristiques de l’outil et du lubrifiant.

La priorité est donnée à un suivi opérationnel du lubrifiant. Ses caractéristiques sont relevées quotidiennement pour garantir un taux de concentration qui ne fluctue pas au-delà de 2 % ! Chargé de la maintenance, Aurélien Anth apprécie de travailler avec un produit propre qui respecte les hommes et l’environnement des machines. “ Ma mission conditionne le fonctionnement optimal de l’installation. Elle a un caractère préventif qui sécurise la fiabilité du process. Bien entretenu, le B-Cool 755 assure productivité et qualité en usinage pour une rentabilité maximale. ” Il sait qu’un lubrifiant réagit s’il est confronté à une pollution accidentelle. Il suit un protocole rigoureux, effectue les appoints de solution, vérifie le fonctionnement de la centrale individuelle de chaque machine. Bien formé, il bénéficie de la visite bimensuelle de Christophe Simon de Blaser Swisslube. Celui-ci apporte son expertise sur le fonctionnement et effectue les prélèvements d’échantillons dans les bacs des machines. Ceux-ci seront analysés dans le laboratoire de microbiologie et de physico-chimie au siège de Blaser en Suisse. “Tout est sous contrôle” affirme-t-il. “Cela fait plus de 30 mois que nous n’avons pas vidangé les machines et leur centrale individuelle, soit 4 000 l par cellule de production. Avant ce n’était pas le cas. Aujourd’hui le B-Cool 755 est utilisé dans l’atelier Roues et Freins et également dans l’atelier MRO qui assure l’usinage alu, acier et titane pour la maintenance des pièces clients.”

Des résultats opérationnels au plus haut niveau

Messier - Safran - trophée Blaser SwisslubeDepuis l’arrivée de B-Cool 755 en 2014, les responsables de l’atelier ont effectué un travail de fond en partenariat avec Blaser Swisslube. Chaque paramètre influençant l’environnement de production a été minutieusement étudié pour être calibré et sécurisé au niveau du superviseur qui pilote les cellules d’usinage des roues. De l’ordonnancement des pièces au contrôle des serrages des palettes, de la gestion d’usure des outils au fonctionnement du système de lubrification rien n’échappe à une maitrise en temps réel d’un environnement digne de l’usine du futur. Les résultats opérationnels ont atteint leur meilleur niveau affichant un TRG de 85 % (taux de rendement global voir norme NF E60-182). Les gains de compétitivité enregistrés sont porteurs de développements conséquents selon Jean-Michel Déchenaud. Une unité de production équivalente a été installée en 2016, une autre est programmée fin 2017. En constante progression, la Division Roues et Freins n’entend pas s’arrêter en si bon chemin.

En savoir plus >

BW Industrie transforme les opportunités en réussites

BWindustrie Blaser

BW Industrie transforme les opportunités en réussites

A l’écoute de son environnement, BW Industrie capitalise sur les qualités et le dynamisme de ses équipes pour saisir les opportunités de son développement. A la recherche d’un lubrifiant de coupe plus stable et surtout sans agressivité sur la peau des utilisateurs, les dirigeants ont observé, au contact des spécialistes de Blaser Swisslube, un domaine d’amélioration de leurs process inexploité. […]

A l’écoute de son environnement, BW Industrie capitalise sur les qualités et le dynamisme de ses équipes pour saisir les opportunités de son développement. A la recherche d’un lubrifiant de coupe plus stable et surtout sans agressivité sur la peau des utilisateurs, les dirigeants ont observé, au contact des spécialistes de Blaser Swisslube, un domaine d’amélioration de leurs process inexploité. Une opportunité qu’ils n’ont pas laissé filer.

Installée au centre de l’Europe des 7, à Sarrebourg en Moselle, la société de sous-traitance mécanique se positionne sur la production en séries avec un atelier composé de 22 centres de fraisage, tournage travaillant 24 h/24. En croissance continue sur les marchés des pompes hydrauliques, de l’énergie, de l’électronique ou de l’automobile, BW Industrie diversifie également son activité avec de la prestation de services : usinage de pièces de maintenance et réparation, lavage-dégraissage de pièces pour l’industrie.

Atelier d'usinage BW industrie
En préalable à la performance

Dans une organisation de production bien structurée, la question du rôle du lubrifiant n’était pas spécialement prise en compte. Pour autant, Philippe Boog et Laurent Wagner, les deux associés gérants de BW industrie s’étaient mis en quête de trouver un nouveau lubrifiant de coupe pour faire disparaître les dermatoses de trois de leur personnel d’atelier. Cette préoccupation reflète assez bien la volonté de bâtir une équipe soudée, volontaire, réunie autour d’un objectif commun de performance.
Lors de la consultation, certains fournisseurs se sont limités à la présentation de produits catalogue. Du point de vue de Christophe Simon, technico-commercial de Blaser Swisslube, une étape d’observation et de diagnostic des postes concernés pouvait apporter les clés d’une solution durablement adaptée aux problèmes rencontrés. Plus en charge des questions techniques que son associé, Philippe Boog a été particulièrement réceptif aux approches de chacun des prétendants, cherchant à comprendre, et à entrevoir de possible gains de productivité. Pour le spécialiste de Blaser, les problèmes de stabilité et d’agressivité du fluide de coupe précédemment utilisé étaient liés à son manque de « résistance » à la présence de corps étrangers. Ils imposaient de chercher une solution de lubrification naturellement stable. La priorité donnée à la stabilité et à la polyvalence du lubrifiant en tournage, fraisage quelle que soit la matière usinée, y compris sur la fonte, a orienté son choix sur les produits de la gamme Blasocut. Ce lubrifiant repose sur le principe du concept bio*, l’émulsion tire son équilibre par la présence d’une bactérie dominante, celle-là même qui permet à l’eau de conserver ses propriétés naturelles et d’être parfaitement tolérée par l’épiderme. De plus le produit dispose d’une grande capacité de « relargage » des huiles indésirables et des particules et de fait, il va pouvoir conserver ses qualités de performance durablement.

La recette de BW Industrie  pour réussir

BW industrie -centre de tournage
Intéressés par le savoir-faire de ce fournisseur et en appui de leur propre expérience de terrain, Philippe Boog et Laurent Wagner ont accepté de réaliser un essai d’évaluation sur le poste de fabrication le plus exposé aux problèmes d’allergie cutanée. Le premier, Philippe Boog a souhaité se rendre compte de l’apparence, de la texture et homogénéité de l’émulsion à base d’huile minérale du Blasocut 935 Kombi, une expérience tactile qui lui a donné confiance pour le succès de cet essai. A l’usage, les opérateurs ont témoigné de leur satisfaction de travailler à un poste sur lequel, précédemment ils ne passaient pas huit jours avant d’être confrontés à des démangeaisons, voire pire encore. La mise en service du lubrifiant s’est effectuée selon un protocole très rigoureux sur les conseils et en présence de Christophe Simon de Blaser. C’était une nouveauté dans l’atelier d’entendre que le lubrifiant devient un vrai outil liquide si celui-ci est correctement utilisé et surtout « entretenu ». Attentifs aux prescriptions de leur partenaire, les opérateurs ont effectué le remplissage et les appoints réguliers de leur machine en veillant à la conformité du taux de concentration avec des rajouts d’à peine 2 % contre 4 précédemment.

Au bénéfice de la performance productive

Au terme de 5 ou 6 semaines d’exploitation en trois postes quotidiens, « l’affaire était entendue » mais pas encore explorée pour être exploitée selon les deux dirigeants de BW Industrie.          « Jusqu’à présent, l’utilisation d’un lubrifiant de coupe était une nécessité subie : émulsion chargée d’huile, traces de rouille sur les tables des machines les lundis au moment de la reprise, odeurs …après le coaching de M. Simon, nous nous sommes aperçus que nous pouvions maîtriser ce paramètre influant dans le process usinage. De cette façon, nous disposions de nouvelles cartes pour améliorer l’ensemble du processus d’élaboration des pièces ainsi que notre consommation de lubrifiant. C’est ce que nous avons cherché à obtenir en étudiant plus précisément la lubrification de coupe sous l’angle de la performance productive, ce qui n’était pas l’objectif initial prépondérant de note consultation. »
Constatant le bon fonctionnement du lubrifiant sur les différents travaux exécutés, le remplissage de nouvelles machines a été rapidement programmé, ouvrant la voie pour une étude plus poussée sur l’influence du lubrifiant sur les autres paramètres de coupe. Grâce à des mesures comparatives, un travail d’optimisation est réalisé sur les machines. La fiabilité en usinage est un critère fondamental pour la fabrication en série de pièces. La recherche de gains de productivité a été subordonnée au maintien de la stabilité des résultats et aux exigences de qualité et état de surface. Facteur encourageant la montée en productivité depuis l‘arrivée de Blasocut 935 Kombi, l’indice de rugosité obtenu est de qualité supérieure. Ceci tend à démontrer une coupe avec des efforts moindres. En conséquence, l’arête de l’outil s’émousse moins vite. Il est donc possible de rechercher le meilleur compromis entre le coût consommable et le prix de revient pièce en fonction de l’avance machine et des vitesses de coupe. Les résultats d’étude sur différents types de pièces permettent de situer une amélioration de 5 à 8 % de capacité de production supplémentaire sur une machine, en fonction de la complexité de la gamme d’usinage.

BW Industrie centres d'usinage 5 et 3 axes
Une entreprise en pleine ascension

Le lubrifiant de coupe correctement utilisé et entretenu a démontré, par son influence sur 95 % des paramètres de coûts d’une pièce, qu’il est un vrai outil liquide. Laurent Wagner en est convaincu : « Les gains sur l’organisation de production sont souvent plus importants que le gain sur consommation ou sur les frais d’outils que nous avons évalués à hauteur de 5 %. Les techniciens d’atelier sont désormais plus en confiance parce qu’ils ont appris à conserver des paramètres d’usinage fiables, avec une productivité augmentée, en maîtrisant et contrôlant la qualité du lubrifiant réfrigérant. Aujourd’hui, ils peuvent améliorer la performance en usinage. Précédemment, ils avaient pour réflexe de rester en deçà des problèmes liés à un lubrifiant de coupe facilement saturé et dénaturé. »
La société BW Industrie a conforté son know-how en lubrification de coupe au travers de la formation et des visites mensuelles de son conseiller Blaser Swisslube. Ils travaillent ensemble pour améliorer la compatibilité des huiles de glissières avec les lubrifiants réfrigérants dans l’objectif partagé d’augmenter la productivité, la qualité et la rentabilité en usinage. Poursuivant sa dynamique l’entreprise projette de libérer 1 300 m2 pour agrandir son atelier d’usinage et accueillir de nouvelles machines.

* Depuis plus de 45 ans, les produits Blasocut fonctionnent selon le concept bio unique en son genre, c‘est-à-dire, entre autres, sans bactéricide et sans bore. Les produits à concept bio sont compatibles à un niveau nettement supérieur à la moyenne pour l‘homme et l‘environnement. Cette formule très élaborée permet de réaliser un équilibre microbiologique naturel et robuste dans l‘émulsion et garantit une longue durée d‘utilisation.

En savoir plus >

SHMP Industrie, une stratégie de création de valeur globale

Lubrifiant d'usinage trophée Blaser 2017

SHMP Industrie, une stratégie de création de valeur globale

  En périphérie de Saint-Etienne, SHMP Industrie apporte la compétence usinage au groupe CEPM Industrie qui conçoit, construit, assemble des outillages et des équipements. Créée en 1979 l’entreprise s’est spécialisée dans l’usinage de précision unitaire et petites séries au service des réalisations spéciales portées par les services de groupes industriels, de constructeurs de machines et pour l’industrie aéronautique. La reprise […]

 

En périphérie de Saint-Etienne, SHMP Industrie apporte la compétence usinage au groupe CEPM Industrie qui conçoit, construit, assemble des outillages et des équipements. Créée en 1979 l’entreprise s’est spécialisée dans l’usinage de précision unitaire et petites séries au service des réalisations spéciales portées par les services de groupes industriels, de constructeurs de machines et pour l’industrie aéronautique. La reprise de la structure par Pascal Michaud en 2010 signe une nouvelle dynamique de croissance pour SHMP Industrie et son partenaire associé. En parallèle d’investissements en machines outils, force était de constater que certains équipements pouvaient offrir de bien meilleurs services avec un liquide de coupe mieux adapté.

Éliminer les contraintes en production

Lors de son arrivée en fonction et constatant de fréquents arrêts pour la vidange des machines, le directeur de production, Thierry Pettersin, a de suite mis en cause la nature du lubrifiant de coupe utilisé. S’il est difficile pour un compagnon de prendre du recul sur une situation qui, au fil des jours, se dégrade, le regard extérieur porté par ce nouvel arrivant a servi de déclencheur pour sortir d’une situation de plus en plus astreignante. L’organisation de production est très sensible à l’indisponibilité temporaire d’une machine. Même si cela se gère, c’est une contrainte sur tout le processus initialement prévu : du parcours de la pièce, jusqu’au planning de montage de la commande client.

Pour Thierry Pettersin qui connaît l’influence du lubrifiant réfrigérant sur les systèmes d’usinage et leur environnement, la question devenait une priorité. « Mon expérience de chef de fabrication chez un constructeur de machines-outils m’a naturellement mis en contact avec les principaux formulateurs de fluides de coupe. Confronté à de nombreuses situations, j’ai constaté que tous les lubrifiants ne sont pas équivalents et que le choix du fournisseur a aussi toute son importance. C’est pourquoi j’ai sollicité Blaser Swisslube avec qui j’avais obtenu de très bons résultats

Définir une solution adaptée

Consulté par le directeur de production, le conseiller Blaser Swisslube a proposé d’analyser la situation pour poser un diagnostic sur les causes de dégradation rapide du lubrifiant soluble utilisé précédemment : la présence d’huile de glissière dans l’émulsion du bac de la machine a fini de déstabiliser un fluide de qualité moyenne, peu adapté au contexte d’usinage. Avec son client, ils ont aussi souhaité prendre en compte les points d’amélioration qui impacteraient favorablement la production. Par sa constitution et les qualités qui lui sont propres, le nouveau lubrifiant devra s’intégrer dans un environnement multi-process où toutes les technologies d’usinage sont représentées : fraisage, tournage, rectification. Sa polyvalence multi-matière devra convenir aux matériaux courants : acier, fonte et aluminium et à certains matériaux durs comme les Inox. La nature du liquide de coupe sera adaptée pour éviter tout risque d’oxydation et de tache sur les pièces.

Après discussion sur les solutions de lubrification envisageables et d’un commun accord, le responsable d’atelier et son conseiller ont mis en place un essai d’évaluation sur un centre d’usinage. Celui-ci devait être précédemment vidangé après 6 semaines d’exploitation seulement. Ils ont sélectionné un fluide de coupe semi-synthétique soluble, B-Cool 755, disposant de propriétés de relargage très développées pour rester homogène et stable durablement.

Les qualités de ce liquide de coupe

Thibault Hariche, le conseiller Blaser souligne les raisons de ce choix : «  Très apprécié pour sa polyvalence sur les matériaux et son impact sur la qualité des surfaces, B-Cool 755 appartient à une gamme de lubrifiants à haute performance, homologués dans l’aéronautique. Il a démontré son efficacité sur des opérations très techniques comme l’UGV, le taraudage ou le forage profond. Il s’emploie en solution, à partir du taux de 5 % et plus pour les usinages difficiles. Les produits de la gamme B-Cool s’utilisent aussi en rectification avec un dosage inférieur ».

Dès les premières semaines, les deux personnes en poste ont remarqué le comportement très neutre du produit. La récupération des pollutions d’huile et résidus d’usinage a pu s’obtenir simplement par décantation et filtration. Mais au grand étonnement des opérateurs, habitués à faire les appoints quotidiens, le dosage des rajouts a été diminué de 4 à seulement 1 % pour maintenir l’émulsion dans les bacs des machines avec un taux de concentration qui n’excède pas 7 %.

Mesurer le retour sur objectif

Le bilan économique sur le seul coût de consommation du liquide de coupe est déjà saisissant : pour la première année, la machine d’essai a enregistré un seul remplissage du bac de 400 litres soit 28 litres de concentré B-Cool et des appoints proches de 1 % contre 6 remplissages et des appoints à 4 %. Malgré un coût d’acquisition unitaire plus élevé de B-Cool 755, la facture a chuté de 1 703 € à 406 €. Une fois l’ensemble du parc équipé en B-Cool 755, les deux objectifs recherchés ont été largement satisfaits : réduction et maîtrise du temps de parcours de la pièce – suppression de plusieurs jours par an et par machines de maintenance au profit de temps productifs. A cela, il faut rajouter une productivité accrue liée à la confiance des opérateurs pour la fiabilité en usinage. La qualité visuelle des surfaces, brillance et rugosité, a été améliorée suite au changement de lubrifiant. Après usinage, les pièces en aluminium et en fonte ne présentent plus de trace favorisant l’oxydation. Les machines restent propres.

Bien plus qu’un liquide de coupe

Attentif au fonctionnement de l’atelier, Thierry Pettersin estime que c’est tout un processus qualité, productivité et réactivité qui se met en place au bénéfice de l’entreprise et des clients. « Avec Blaser le paramètre de gain le plus important pour SHMP Industrie est son influence sur tout le processus de fabrication. Oublié le stress d’avoir un lubrifiant qui se dégrade inexorablement, désormais les opérateurs sont plus en confiance pour optimiser les paramètres d’usinage et laisser tourner leurs machines sans surveillance. »

Depuis le début, Thibault Hariche assure une visite mensuelle à son client, faisant le reporting des relevés. Avec l’accord du directeur de production, il s’emploie à valoriser l’importance d’un suivi régulier du lubrifiant en exploitation. Par deux fois, il a organisé une formation dans l’atelier et sensibilisé les opérateurs sur l’importance du liquide de coupe bien utilisé et correctement entretenu. Le message a été entendu, ils sont les premiers à soigner leur environnement de travail, à vérifier quotidiennement les bacs de machine au réfractomètre et à faire l’appoint avec le mélangeur. Le lubrifiant est devenu, pour eux, un outil liquide gage de fiabilité en usinage.

Enclencher une dynamique de groupe

Pascal Michaud suit de très près les changements qui s’opèrent dans l’atelier et font progresser son entreprise. Plaçant le facteur humain en priorité, il se félicite que son personnel soit dégagé des contraintes de maintenance et travaille désormais avec un produit propre, sans odeur et fiable.  Cela va dans le sens de ce qu’il souhaite : « Dès le départ, avec toute l’équipe, nous devons consacrer notre énergie à créer de la valeur pour le client en misant sur la qualité. Il faut tout d’abord commencer par donner de bonnes conditions de travail pour que chacun s’implique à fond dans la mission qui lui est confiée ».

En gestionnaire, il constate que l’organisation de production gagne en efficacité et réduit ses charges. Dans un environnement « soigné », avec moins de rebuts d’aspect et une meilleure organisation des plannings, SHMP Industrie s’appuie sur la qualité et dispose de plus de capacité à produire pour une meilleure rentabilité. Elle apporte une valeur supplémentaire à l’offre globale du groupe CEPM Industrie pour la réalisation de systèmes mécaniques certifiés.

 

En savoir plus >

80 ans de Blaser visite de presse

80 ans de Blaser visite de presse

Blaser Swisslube, qui célébrait en 2016 ses 80 ans, apporte à ses clients son expertise dans le choix du bon lubrifiant, convaincue que les facteurs de productivité, rentabilité et qualité d’usinage dépendent aussi de ce fameux outil liquide. Quand, en 1936, Willy Blaser, alors âgé de 20 ans, se livre à des essais, dans la cave de la maison de ses parents, […]

Blaser Swisslube, qui célébrait en 2016 ses 80 ans, apporte à ses clients son expertise dans le choix du bon lubrifiant, convaincue que les facteurs de productivité, rentabilité et qualité d’usinage dépendent aussi de ce fameux outil liquide.

EA13D_laboratoire_Blaser_5853

Quand, en 1936, Willy Blaser, alors âgé de 20 ans, se livre à des essais, dans la cave de la
maison de ses parents, avec des réchauds à pétrole et des casseroles, il ne s’imaginait certainement pas que 80 ans plus tard son entreprise serait toujours debout et qu’elle deviendrait un fournisseur industriel reconnu chez les usineurs du monde entier. A cette époque-là, le jeune Willy venait de créer une crème à chaussures hydrophobe, « quelque
chose de très utile qui n’existait pas encore à l’époque », souligne-t-on chez Blaser Swisslube, qui relate que les souliers entretenus avec cette crème pouvaient être portés bien plus longtemps et qu’ils tenaient en plus les pieds au sec. C’est en visitant les fermes de l’Emmental, dans le canton de Berne, en Suisse, qu’il commercialisa son produit qui apporte des avantages et solutions aux utilisateurs, sur un vélo attelé à une remorque.
2016, l’entreprise de Hasle-Rüegsau, qui borde la rivière Emme, dispose de nombreuses filiales dans le monde, emploie 600 personnes, dont 300 en Suisse, et produit chaque jour dans son usine, située à 27 km de Berne, 90 tonnes d’huiles, dont 80 sont destinées à l’activité de l’usinage.

EA13B_laboratoire_Blaser_5859

« Servir est plus important que les gains »

Aujourd’hui, l’entreprise dirigée par Marc Blaser, le petit-fils de Willy, disparu en 2008 à l’âge de 92 ans, continue de faire perdurer le leitmotiv de son grand-père : « Servir est plus important que les gains. » « Willy Blaser faisait des démonstrations avant de vendre sa crème à chaussures aux fermiers, racontent Marc et son père Peter, président du conseil d’administration. Il a nettoyé leurs chaussures, leur disant : ‘‘Si vous êtes satisfait de ma crème à chaussure, vous pourrez m’en acheter un bidon à ma prochaine visite’’. »
Avant de fournir une huile à ses clients de l’usinage des métaux, Blaser Swisslube instaure une procédure rigoureuse. « Avec une analyse soigneuse, nous apprenons à connaître le processus de production et les exigences concernant le lubrifiant réfrigérant, décrit le producteur qui considère ses huiles comme un outil liquide. Sur la base de cette analyse, nous élaborons une offre de produits et de prestations de service. » Une fois les objectifs définis, et en fonction de la complexité, les technico- commerciaux de Blaser recommandent un produit, passant par un essai, voire une procédure de test plus étendue.
Mais l’accompagnement ne s’arrête pas à la livraison du lubrifiant. Car les représentants de la marque sont très attachés à la notion de ‘‘services’’, propre à l’entreprise soucieuse de fournir à ses clients « des produits qui leur offrent une plus-value mesurable », assure Marc Blaser.

EA13B_test_montage-dans-la-machine

La pièce en alliage de titane qui a servi de test à Blaser pour démontrer que la durée de vie d’un outil pouvait être augmentée grâce au lubrifiant.

Qualité de l’eau

Parce que les émulsions sont fabriquées à partir d’eau et que la qualité de cette dernière, y compris sa dureté, a une importance essentielle, les techniciens de la marque aux fûts bleu et blanc contrôlent la qualité de l’eau, pour que le client puisse bénéficier de « la meilleure solution de lubrifiant réfrigérant ». Voilà pour la première étape.
Chez Blaser, on tient aussi à montrer comment optimiser la durée de vie des émulsions et la sécurité du processus, lors d’un nouveau remplissage.
Puis, vient la phase de préparation de l’émulsion. « L’émulsifiant et l’huile sont coordonnés de façon optimale avec l’eau pour le mélange, décrypte le concepteur du Blasocut, un soluble sans
bactéricide présent sur le marché depuis 40 ans. L’obtention d’une taille de goutte homogène et la plus petite possible lors du processus de mélange est un des points décisifs pour une longue
durée de vie de l’émulsion. »
Ultime étape, la surveillance et l’entretien. Que ce soit dans les bureaux à Hasle-Rüegsau ou sur le terrain, les spécialistes vont s’assurer que « le lubrifiant réfrigérant utilisé fonctionne parfaitement. Les circonstances défavorables sont identifiées rapidement et corrigées
dans les plus brefs délais ». Et en cas de d’anomalie, ils assistent le client « en cherchant son origine » et en l’aidant à « l’éliminer de façon professionnelle ».
Pour cela, le fabricant s’appuie sur ses chimistes, laborantins et autres microbiologistes, qui travaillent au laboratoire de R&D, grand de 3 500 m². « Un laboratoire entièrement à disposition gratuitement des clients, quel que soit le volume utilisé, c’est ça les services dans le fût », souligne Philippe Lacroix, directeur de la filiale française, basée à Fraisses (Loire).
Jérôme Meyrand

EA13C_Usine_Blaser_5838

ÉTUDE DE CAS : Une durée de vie d’outil multipliée par deux

Dans un projet réalisé récemment, les experts du centre technologique Blaser sont parvenus à optimiser la durée de vie des outils, grâce au lubrifiant. De manière assez impressionnante, le résultat obtenu, lors d’une série de tests réalisée au siège du groupe suisse à Hasle-Rüegsau (Canton de Berne), a permis de constater un doublement de la durée de vie des outils.
Au centre technologique, les spécialistes de Blaser ont reproduit la situation d’un partenaire industriel qui devait usiner des poches dans un disque en alliage de titane. Depuis une fraiseuse 5 axes DMU 65 Monoblock de DMG MORI, plusieurs pièces ont été produites avec une stratégie de fraisage tro- choïdale. « Pour cela, un lubrifiant réfrigérant conventionnel de la génération précédente a été comparé à une solution de lubrifiant réfrigérant adapté sur mesure aux besoins de ce partenaire », décrit Blaser. Ce spécialiste des lubrifiants précise que la série de tests a été lancée jusqu’à une largeur d’usure de 0,30 mm (témoins d’usure pour tous les essais).
Ainsi, avec « un outil liquide sur mesure de Blaser Swisslube, onze poches ont pu être fraisées avec le même outil, au lieu de cinq, avant que l’usure de l’outil ne nécessite l’arrêt de l’usinage », conclut l’entreprise, qui a célébré en 2016 ses 80 ans.
Pour cet essai, Blaser a utilisé une fraise à queue de 12 mm de diamètre de Sandvik Coromant (2P342-1200-CMA 1740), dont les paramètres de coupe étaient les suivants : 80 m/mn de vitesse de coupe, 0,075 mm d’avance par dent, une largeur de coupe de 0,9 mm pour une profondeur de 19 mm. La pression du lubrifiant réfrigérant était de 75 bars.
J. M.

 

pdfTélécharger l’article de presse (401 Ko)

En savoir plus >

Qualité d’usinage, une alchimie entre l’outil et la matière grâce au lubrifiant

trophée lubrification de coupe-Blaser 2017

Qualité d’usinage, une alchimie entre l’outil et la matière grâce au lubrifiant

Résolument tournée vers l’international avec plus de 80% de son C.A à l’export, Nicomatic, l’entreprise de Bons en Chablais (74) se distingue par son positionnement dans la connectique adaptée à des environnements sévères. L’usinage des composants de systèmes de connexion se situe à la croisée de la micromécanique et du décolletage dans un contexte d’exigences élevées. Au service d’une entreprise […]

Résolument tournée vers l’international avec plus de 80% de son C.A à l’export, Nicomatic, l’entreprise de Bons en Chablais (74) se distingue par son positionnement dans la connectique adaptée à des environnements sévères. L’usinage des composants de systèmes de connexion se situe à la croisée de la micromécanique et du décolletage dans un contexte d’exigences élevées. Au service d’une entreprise très innovante, le personnel d’atelier se doit de développer une approche pointue de tout l’environnement de production et plus spécifiquement du lubrifiant de coupe. Il est devenu un paramètre majeur dont les propriétés influencent directement la qualité d’usinage, la productivité des machines et la rentabilité opérationnelle dans un marché mondialisé.

Fort d’un parc d’une quinzaine de tours à commande numérique Star et Traub, ou à cames de Tornos-Bechler, l’atelier de décolletage traite principalement du laiton, bronze, cuivre Béryllium et de l’Inox 316 L, en barres de diamètre 1 à 5 mm. Ces petites pièces sont appelées à recevoir un revêtement de surface qui favorise la conductibilité. Il est donc très important que les états de surface demeurent parfaits afin de garantir la qualité du revêtement. Les problèmes de qualité d’usinage rencontrés en 2013 sur de nouvelles références de pièces ont mobilisé l’attention de Bruno Aubier, l’un des 5 régleurs de l’atelier, qui assure la responsabilité des achats techniques pour l’atelier. Cette double mission qui s’inscrit dans une approche de Lean management, met les acteurs de la performance au centre du processus de décision.

La qualité d’usinage définie parla relation outil – matière – lubrifiant

La mauvaise évacuation des copeaux en perçage de précision D= 0,35 x 4 mm générait un taux de non qualité d’usinage inacceptable. Maintes fois sollicité par Bruno Aubier, le fournisseur de lubrifiant n’a pas su offrir de solution technique appropriée. Et, c’est sur les conseils du fabricant d’embarreurs, IEMCA, que le responsable des achats techniques a sollicité l’expertise de Blaser Swisslube. Selon Sébastien Doberva, qui assure le conseil technique et commercial de Blaser pour les Savoie, les caractéristiques de certaines huiles, même de grande qualité, ne sont pas adaptées à tout type d’usinage et de matière. Il était donc important de repartir du besoin global du client, la performance d’un lubrifiant adapté aux métaux non ferreux et aux inox, pour mieux résoudre la problématique spécifique du process : obtenir une parfaite évacuation du copeau sans laisser de rayure ni d’impureté sur la longueur du perçage.

Lubrifiant d'usinage Blaser swisslubeLes huiles de coupe de base minérale sont naturellement appropriées aux usinages multi-matière. Dans le cas présent, il était nécessaire de veiller à optimiser la qualité de la coupe en limitant les efforts sur l’outil tout en favorisant l’évacuation des copeaux.

L’importance du lubrifiant dans la relation outil – matière

Le conseiller Blaser Swisslube a consolidé son diagnostic avec l’appui du centre de compétence de sa maison mère. Pour une réponse adaptée à la qualité d’usinage et sécurité désirées, ils ont retenu la solution Blasomill 10. Cette huile de coupe minérale de faible viscosité, hydro craquée, contient une additivation d’ester pour réunir toutes les qualités requises.

La technologie de ce lubrifiant, parfaitement adaptée aux problèmes spécifiques du perçage-forage et aux usinages multi matière a logiquement répondu aux attentes et objectifs des opérateurs. Gilles Landrieu coéquipier régleur apprécie le changement. “ Nous ne sommes plus obligés d’effectuer une surveillance en continu à cause des arrêts fréquents de la machine et du volume important de rebuts ”.

Effectivement, le changement de lubrifiant a apporté de la qualité d’usinage et sécurité dans une organisation où les machines tournent 24h/24 avec un poste opérateur quotidien. Les Blasomill 10résultats enregistrés sur cette seule référence de pièce, un contact numérique, montre une économie annuelle des rebuts à hauteur de 150 heures machine et une baisse de 22% de la consommation d’outils. “ Nous pourrions augmenter sérieusement la vitesse de coupe, mais cette opération est liée par un temps menant qui lui est supérieur ”, reconnait Bruno Aubier. Dès 2014, l’équipe de régleurs, constatant de meilleures conditions d’usinage en tournage et fraisage, quelles que soient les matières habituellement présentes dans l’atelier, a validé la reconversion progressive de l’ensemble du parc machines en Blasomill 10. Cette solution participe à la qualité d’une fabrication aux exigences pointues, tout en augmentant la sécurité du fonctionnement des machines qui travaillent de nuit comme de jour. Outre la longévité des outils qui est préservée et la réduction du nombre de rebuts, la propreté des pièces interfère de façon positive sur le process de lavage des pièces. L’installation de lavage étant moins sollicitée, sa maintenance est sensiblement allégée.

La présence régulière de Sébastien Doberva a permis d’apporter un nouvel éclairage sur le rôle du lubrifiant et son influence sur la maîtrise d’un environnement de production où chaque paramètre à son importance. “ Dans un premier temps, j’ai souhaité sensibiliser le personnel de production à la bonne gestion et maintenance du lubrifiant pour qu’il devienne un véritable outil liquide, correctement utilisé et entretenu. Considérant que le lubrifiant a de la valeur, chacun se rend compte de son influence sur les paramètres de coupe et la qualité d’usinage. Cela n’a pas empêché de réaliser un gain économique de 12% du coût annuel de lubrifiant grâce à une baisse significative de la consommation en huile de coupe.”

En partenariat pour de nouveaux objectifs

Cette relation de proximité avec son conseiller Blaser Swisslube intéresse au plus haut point Bruno Aubier. “ En tant qu’utilisateur, nous avons besoin de mieux connaître la technicité des lubrifiants et leur interaction avec l’outil et la matière. Cela permet de se poser de bonnes questions et d’avancer en partenariat vers des objectifs que nous n’aurions pas seulement envisagés. Nous avons aussi fait de grands progrès en remplaçant notre lubrifiant d’affûtage par la Blasogrind HC 10 de Blaser. Elle apporte un très bon décrassage des meules diamant et offre un bien meilleur refroidissement sur la zone d’affûtage. C’est très important pour nous qui utilisons de très petits outils particulièrement fragiles ”.Nicomatic - Baser Swisslube

Témoignant d’une véritable confiance envers les salariés, les dirigeants de Nicomatic, Julien et Olivier Nicollin, encouragent les équipes de terrain à aller toujours plus de l’avant pour qu’ils soient les acteurs de la politique d’innovation indispensable sur les marchés internationaux. La préparation de la certification ISO 14001 est un objectif majeur pour l’entreprise chablaisienne. Elle concerne le management environnemental et implique tous les secteurs de la société. A son niveau, Bruno Aubier souhaite œuvrer sur la baisse des consommables de production. Avec son partenaire en lubrification et en collaboration avec le CTDEC de Cluses (74), ils vont également travailler sur l’élimination de microparticules de laiton qui subsistent dans l’huile d’usinage. A plus de 40 ans d’existence, Nicomatic entretient son âme de leader, tournée vers l’entreprise citoyenne du futur.

En savoir plus >

Partenariat formation aux techniques de rectification

Partenariat formation aux techniques de rectification

Le pôle formation de Winterthur Technologie France dispense plusieurs cycles de formation théorique aux techniques de rectification en partenariat avec Blaser Swisslube France pour la partie dédiée à la lubrification. La société GEISS de St-Pierre en Faucigny (74) accueillera la première cession les 21 et 22 mars 2017. Assurée par des formateurs aguerris et possédant une longue expérience des process […]

Le pôle formation de Winterthur Technologie France dispense plusieurs cycles de formation théorique aux techniques de rectification en partenariat avec Blaser Swisslube France pour la partie dédiée à la lubrification. La société GEISS de St-Pierre en Faucigny (74) accueillera la première cession les 21 et 22 mars 2017.

Assurée par des formateurs aguerris et possédant une longue expérience des process de rectification, cette formation s’adresse à toute personne étant en lien avec la rectification : Opérateurs, Chefs d’équipe, Responsables production, méthodes ou achats.

Pour sa part, Blaser Swisslube développe tous les aspects de l’outil liquide (Blaser) dans le process de rectification en partant du choix du lubrifiant adapté et en veillant à ce qu’il soit correctement utilisé et entretenu.

Les principaux chapitres étudiés sont :

  1. Comment choisir un lubrifiant
  2. Composition des huiles solubles
  3. Microbiologie
  4. Maintenance des lubrifiants
  5. Huiles entières de rectification
  6. Exemples d’applications et témoignages clients
  7. Paramètres de Productivité et gestion des coûts
En savoir plus >

Blasogrind, la performence en affûtage et rectification

Blasogrind, la performence en affûtage et rectification

Concernant la rectification et l’affûtage, Blaser Swisslube développe de nouvelles solutions afin d’offrir des avantages mesurables à ses clients et de participer à leur évolution. C’est précisément le cas avec la gamme Blasogrind tout particulièrement adaptée aux opérations de rectification et d’affûtage standard à difficile. L’expérimentation s’associe au développement Les facteurs machine, meule, matière, lubrifiant réfrigérant influencent considérablement la performance […]

Concernant la rectification et l’affûtage, Blaser Swisslube développe de nouvelles solutions afin d’offrir des avantages mesurables à ses clients et de participer à leur évolution. C’est précisément le cas avec la gamme Blasogrind tout particulièrement adaptée aux opérations de rectification et d’affûtage standard à difficile.

PH2B-BlasomillGTL’expérimentation s’associe au développement

Les facteurs machine, meule, matière, lubrifiant réfrigérant influencent considérablement la performance opérationnelle en affûtage et la qualité des outils réalisés.
Afin de répondre aux besoins des utilisateurs, Blaser Swisslube a construit à Hasle-Rüegsau (Suisse) le plus grand laboratoire de recherche chez un spécialiste indépendant ainsi qu’un centre technologique pour les essais d’usinage.

Plus qu’un lubrifiant, un outil liquide pour l’affûtage

Les laboratoires de recherche sont à l’origine d’une gamme étendue d’huiles de coupe de qualité minérale, hydrogénée, hydro craquée et P.A.O adaptées aux problématiques d’affûtage. Ce know-how de Blaser Swisslube concernant les produits hautement raffinés a permis de concentrer les efforts sur l’expérimentation pratique et la recherche de propriétés spécifiques pour optimiser les paramètres de production, en sécurisant les process, comme par exemple l’obtention d’un « point d’éclair » très élevé. « Nous nous devons d’offrir à nos clients une expertise process très pointue avec des hommes métiers tel que Rico Pollak, responsable des techniques de rectification et affutage, afin que le choix du lubrifiant soit parfaitement adapté à chaque situation. La plus-value dégagée avec le bon lubrifiant offre au client la possibilité d’optimiser sa productivité, rentabilité et qualité d’usinage » rappelle Philippe Lacroix, Directeur de Blaser Swisslube France.
Issu de ces recherches, Blasogrind est un référentiel de performance à base d’huile de synthèse de haute qualité (hydro craquée). Il facilite une coupe fluide avec un minimum d’effort à la broche. Les résultats obtenus établissent un nouveau référentiel des qualités et productivité attendues en affûtage : le lubrifiant adapté, correctement utilisé devient un outil liquide.

PH2C-Blasogrind

L’huile hautement raffinée est transparente, elle augmente les facteurs de performance pour l’affûtage.

Les résultats chez le client

La société Sphinx Outils SA a équipé son parc machines de Blasogrind HC 5-56. L’objectif recherché par ce producteur d’outils de précision était d’accroître la productivité sans compromettre la précision, la qualité des surfaces et l’absence de microfissures. Confirmé par des tests de validation, le choix de l’outil liquide a été effectué en croisant l’expérience de l’utilisateur, ses objectifs et bien sûr le diagnostic de Blaser pour répondre avec un produit adapté à l’environnement de travail.
La production de forets hélicoïdaux en métal dur à quatre facettes a servi de comparatif de résultat. Les gains mesurés ont dépassé les objectifs. Grâce à Blasogrind HC 5-56, les avances ont augmenté de 40% pour certaines opérations avec une qualité des surfaces sensiblement améliorée. Le temps de production total a diminué de 12%. Résultat du travail de recherche des laboratoires de recherche de Blaser Swisslube, Blasogrind a été la réponse adaptée pour Sphinx Outils SA. Cette démarche d’innovation continue depuis 80 ans, Blaser Swisslube en fait une leitmotiv de l’entreprise au service des clients.

PH2D-centre-technologie2016

pdfTélécharger l’article de presse (699 Ko)

En savoir plus >